lundi 29 août 2011

CARROT CAKE....YES !

LONDON # 2

Voici la vraie recette, l’originale, celle du carrot cake de chez PRET A MANGER, regardez de plus prêt la Bête.

Comme je suis une grosse malade conscencieuse, j’avais gardé l’emballage d’un carrot cake englouti en 45 secondes acheté chez PRET A MANGER à Londres.

Après avoir chipé la recette sur le net (merci à LIONHAIR), j'ai bien vérifié que tous les ingrédients étaient dedans.
Recette encore non testée par môoa...j'attends que mon pèse-personne m’affiche un poids décent enfin que cet imbécile fonctionne à nouveau.

Voici donc la recette en version anglaise. Allez un petit effort en cette veille de rentrée.


ICING
400 g Icing Sugar
100 g Cream Cheese
50 g  Unsalted Butter

CAKE
2 Eggs
200 g Soft Brown Sugar
150 ml Corn, Sunflower or Vegetable Oil
200 g Grated Carrot
50 g Walnut or Pecan Pieces, roughly chopped
75 g Diced Pineapple, fresh or tinned, roughly chopped
50 g Desiccated Coconut
200 g Plain (all-purpose) Flour
1 tsp Ground Cinnamon
1 tsp Bicarbonate of Soda
1 tsp Salt

PRE HEAT THE OVEN to 150°C.

• Line a

 
21 cm
baking tin with baking paper.
• The icing needs to be prepared in advance so that it can be chilled before spreading over the cake, so make this first.


• Beat the cream cheese and butter together thoroughly - easiest with an electric whisk, but strong hand beating would also work. Add the icing sugar to the mixture in three equal batches, beating well between each addition. Put the bowl in the fridge to set.


• In a large bowl, using an electric beater, whisk the eggs at a high speed until doubled in volume. Add the sugar and continue beating until pale and fluffy. With the whisk still no high speed, add the oil in a slow steady stream. Keep beating until the mixture holds the shape of any trail across the surface.


• Gently fold the carrot, walnut or pecan pieces, pineapple add coconut into the cake mixture with a metal spoon in a figure-of-eight technique. Sift the flour into the bowl with the cinnamon, bicarbonate of soda and salt, and fold them in gently too.


• Transfer the mixture to the baking tin - again with care so that the air you’ve taken care to whisk in isn’t whacked out. Bake for 1 hour, or until a skewer comes out clean when poked into the centre of the cake. If the top of the cake seems to be browning too much before the centre is ready, balance a piece of baking paper or foil across the top of the tin and it will protect the cake from burning.


• Leave the cake to cool for 10-15 minutes before turning out onto a wire rack. When it is completely cold, slice the cake in half horizontally and spread a third of the cream cheese mixture over the bottom half. Put the top back on and cover the whole cake with the remaining icing.

             Now E-N-J-O-Y !!!!

# 12 septembre 2011

Des amis au goûter dimanche, voilà une bonne excuse pour tester la recette.

Modification : 180g de sucre brun au lieu de 200g (j'aime pas les gâteaux trop sucrés)et pour le Icing j'ai mis 200g de sucre glace au lieu de 400g (panne sèche).

Le gâteau est top. Le icing était trop coulant (ça m'apprendra, tiens!).




jeudi 25 août 2011

CAKE POPS

Cela faisait très longtemps que j'avais envie de faire des cake pops.

Je bavais littéralement devant le blog de Bakerella qui est la Queen de ces petits gâteaux sucettes.

Venus des States, les cakes pops fleurissent désormais dans de nombreuses boutiques de Londres. Notez les filles, les cupcakes c’est complètement OUT !

Démystifions les cake pops ensemble.

Il suffit de faire un quatre quart de base (ou un gâteau au chocolat) puis de l’émietter, d’ajouter ensuite un liant (Nutella ou St Moret…) aux miettes et former de petites boules de pâtes dans sa main, lesquelles seront ensuite recouvertes de chocolat fondu.

Après lâchez-vous sur les vermicelles colorés et les paillettes sucrées.
Le but de l’opération, n’est pas forcément que ça soit bon, mais d’en mettre plein les mirettes.

Donc pas besoin d’avoir son bac+10 pâtisserie mais juste 3 heures à perdre (sans les enfants dans les pattes).

Vous trouverez plein de recettes sur le net. Ma recette de base n’était pas terrible; un peu écoeurante et trop compacte à mon goût; aussi je vous l’épargne.

En attendant de vous lancer, zieuter les vraies œuvres d’art de Bakerella.

Je dis R-E-S-P-E-C-T.  



lundi 22 août 2011

God save the food !

LONDRES # 1


Cuisine et Angleterre, 2 mots incompatibles, isn't it ?


J’aime cette citation de George Bernard Shaw à propos de la cuisine anglaise : « Si les Anglais peuvent survivre à leur cuisine, ils peuvent survivre à tout ! »


Oubliez vos souvenirs de voyages scolaires chez nos amis british où la cuisine rimait plus avec viande bouillie et petits pois fluorescents, le tout accompagné d’une délicieuse sauce à la menthe. 




Déjà en 1997 (si loin déjà) lorsque j'ai vécu un an là-bas, j'avais été bluffée par : les BLT (Bacon Lettuce Tomatoes), les baked beans gluants, les muffins gonflés, le Yorkshire pudding et la gravy sauce du dimanche, les scones avec la double cream et sa confiture à la fraiseles crumpets, les hot cross buns et les cheesecakes au chocolat. Des délices si peu caloriques.

 

Le livre « J’aime le chocolat » de Trish Deseine avait convaincu  mon entourage du contraire(au passage sa mousse au chocolat élaborée est mortelle !) mais tout le monde pensait que c’était l’exception qui confirmait la règle. Elle vit en France, elle a épousé un français…

Il y a aussi Jamie Oliver; mec sympa, sorte de Cyril Lignac à l’anglaise mais beaucoup plus rock’n roll et avant-gardiste (pour info Cyril lui pique tous ses concepts d’émissions; voilà c'est dit).

Pfff !!!

Londres n'a désormais plus rien à envier aux grandes capitales gastronomiques du monde avec ses 9.000 restaurants.

Mes cinq jours récents passés sur la capitale londonienne m'ont définitivement convaincu que l'on pouvait réaliser un voyage culinaire autour du monde en se déplaçant que de quelques kilomètres par le Tube.

Nous avons mangé thai (chez Thai Pot à Covent Garden), british (chez Stockpot à Soho), japonais (chez Wagamama),des BLT (chez Prêt à Manger), un Full English Breakfast (chez Kitchen and Pantry à Nothing Hill), turque (à Camden Lock) et indien sur Brick Lane.
Notre pèse-personne a bizarrement flanché à notre retour (serait-ce encore la batterie ?).
Et mon objectivité dans tous ça ?
A me voir engloutir un carrot cake à 8h55 du mat sur Baker Street, mon Homme m'a demandé si je n'avais pas de l'ADN britanique caché quelque part dans mon patrimoine génétique !

La suite de notre périple dans les épisodes à venir ...

  

lundi 8 août 2011

Je suis raide dingue ... d'un Mâconnais !

Mariée à un bourguignon, j’ai d’office été mise dans le bain et "confrontée" au Mâconnais … un chèvre costaud se vantant d’une A.O.C depuis 2006.
Médusée de voir ce fromage servi à l’apéro, au goûter ou en fin de repas, il a bien fallu me rendre à l’évidence…ce petit bout de fromage légèrement tronconique devait bien avoir quelque chose de spécial.

Les années aidant, je me suis mise à apprécier ce petit tonnelet moulé en faisselle qui me faisait de l’oeil.

Il peut se manger frais avec du sucre et de la crème fraîche de la Bresse.
Je le préfère salé avec du poivre et de la crème surtout au printemps et l’été, il est encore meilleur.
Mi-sec, il est sexy avec sa couleur crème (voir photo).
Lorsqu’il est très affiné, il se pare d’une couleur bleue fleurie; sa saveur contentera les plus aguerris.

Un peu d’histoire…
L'élevage des chèvres, dans les prairies intercalées entre les coteaux du vignoble mâconnais, permettait aux vignerons de subvenir aux besoins de la famille et de produire du fumier nécessaire à la vigne. Ce fromage était servi en casse-croûte pour les travailleurs de la vigne (gloups!).

Bien sûr il s’accompagne à merveille d’un St Véran ou d’un Pouilly Fuissé…à se procurer chez les vignerons locaux.

Voici mon adresse coup cœur pour le dégoter, le lycée agricole de Davayé, au pied de la Roche de Solutré…

Emmenez vos enfants et visitez l’élevage de chèvres. N’oubliez pas un grand contenant pour repartir avec du Mâconnais frais en faisselle avec du petit lait. Un truc de dingue !