vendredi 21 octobre 2011

Hip pip pip hourra #

Mon petit blog a fêté pile-poil ses 3 mois d'existence cette semaine.

Il grandit doucement avec 23 recettes publiées {quand même, j'ai pas chaumé hein}.

Je fais ma fierrasse car il a passé le cap des 1000 visites grâce à vous.

Un grand merci pour vos encouragements, compliments, messages....


Et pour mes marmots, c’est quoi une maman blogueuse culinaire ?








Eh oui, une maman avec des talons hauts, un sac à main, un collier coloré et une robe-pantalon à fleurs.

...manquait plus qu'ils me crayonnent avec mon tablier fleurie Cath Kidston ou avec mon rouleau à pâtisserie dans la main.

PS : le truc rond avec une graine au niveau du ventre, ce n’est pas ce que vous imaginez, mais simplement un nombril.

jeudi 20 octobre 2011

GAUFRETTE MACONNAISE # Starlette

Elle a un goût inoubliable de caramel à la crème fraîche,
 
A en faire tomber ma coiffe bretonne et à mettre au placard mon suintant kouign amann (cette fois, c’est bon, mes frères bretons vont m’étripailler).

Je ne tiens plus, c’est décidé, je demande sur le champ ma naturalisation bourguignonne.

Vous l’aurez compris mon cœur bat comme une malade à la vue de cette grande gaufrette blonde fabriquée exclusivement à Mâcon.


Apparue au XVIe siècle, elle était servie dans les mariages ; sa qualité était censée révéler la fortune de la famille.

Après les années 60, elle est tombée en complète désuétude en raison de sa fragilité car cette belle mademoiselle ne supporte ni la lumière ni l’humidité, une vraie starlette.

Plus personne ne voulait en cuire (et je vous jure que je comprends pourquoi).

La Confrérie de la Gaufrette Mâconnaise a récemment vu le jour et relance aujourd’hui sa promotion (véridique).

Ma super géniale belle-maman m’a montré sa fabrication {pourtant classée secret familial et régional} ; avec un petit sourire au bord des lèvres, elle seule savait la besogne qui m’attendait.

En effet, j’avais une idée business-plan derrière la tête mais là voilà…

Après avoir travaillé comme une esclave pendant 3H15,
Sali tous les plans de travail des 20 m2 de la cuisine,
Cramer une bonne dizaine de pièces,
Et me retrouver au final avec 46 pièces ultra précieuses,

j’ai jeté écoeurée mon tablier en grommelant….14.6 pièces à l’heure, oui Mesdames. 

Je comprends aussi pourquoi elles sont vendues un bras en boulangerie.

Voici sa recette en exclusivité et quelques photos de sa fabrication confidentielle…
 
Pour 50 pièces

50 cl crème fraîche épaisse (qualité extra)
50 cl farine fluide antigrumeaux T45
40 cl sucre blanc en poudre
20 cl lait demi-écrémé
 

Mélanger ensemble les ingrédients secs (farine+sucre). Rajouter la crème épaisse et le lait. Utiliser le batteur électrique pour bien homogénéiser.

Laisser reposer la pâte quelques heures au réfrigérateur. Parfois il faut l’étendre avec un peu de lait pour obtenir la bonne consistance.

Protéger votre plan de travail avec du papier journal et préparer vos outils.

Allumer le gaufrier et huiler légèrement les plaques (j’ai utilisé un gaufrier TEFAL – 700 W) avec un peu d’huile d’olive.

Déposer la pâte à l’aide d’une cuillère à soupe et l’étaler rapidement avec un petit couteau.

Fermer l’appareil et renverser le gaufrier au bout de 10 secondes. Ouvrir le gaufrier pour surveiller la cuisson (la gaufrette doit être bien dorée). Décoller avec un grand couteau la gaufrette et la mettre sur le manche d’une spatule en bois et laisser refroidir. Sortir la gaufrette en la coulissant.

Nettoyer les chutes de pâte cramées et huiler de temps en temps les plaques.

Pour conserver ces gaufrettes 8 jours, utiliser une grande boîte en fer avec du papier sulfurisé.



Ah si, j’oubliais un détail, il faut un savoir-faire de malade.

KEEP ON and CARRY ON !

jeudi 13 octobre 2011

Charlotte aux framboises # Abracadabra

Une recette usée avec cette forme un-poil-classique.

Je ne voulais définitivement pas d’une sorte de charlotte girly avec les biscuits de rose de Reims et des rubans tralala.

Je LA voulais légère, peu sucrée et parfumée à l’eau de rose.

Cette charlotte est toute simple et c'est celle que j'aime {non je ne suis pas une psychorigide de la charlotte}.

  

Pour 1 petite charlotte

Moule ancien alu pour 4 à 6 personnes

150 g de framboises congelées (du jardin de mon papy)
250 g de fromage blanc 20%MG
60 g de crème liquide (très très froide)
1.5 feuille de gélatine ou de l’agar-agar
2 cuillères à soupe de sucre
25 biscuits boudoirs
Eau de rose


Faire ramollir la gélatine dans un bol de l'eau froide.

Dans une casserole, faire fondre les framboises avec les 2 cuillères de sucre. Penser à garder quelques framboises pour la décoration.

Mixer et passer au chinois puis incorporer la gélatine essorée et mélanger sur feu doux.

Mélanger ce coulis de framboises dans un bol avec le fromage blanc avec un fouet.

Monter la crème liquide en chantilly. Incorporer la délicatement au mélange.

Tremper les biscuits dans un mélange d’eau + un peu d’eau de rose. Tapisser le fond et les bords du moule. Verser le mélange au centre et intercaler des biscuits au centre et sur le dessus.

Bien tasser. Mettre au réfrigérateur 4 heures mini.

Démouler et décorer avec le reste de framboises.

On dit S-O-B-R-E.

mardi 11 octobre 2011

Glace KINDER®

Oui, vous n’en croyez pas vos mirettes.



Arrêtez de baver sur vos claviers {hihi, rire diabolique} car cette glace est JUSTE introuvable dans le commerce.

Allez pour me faire pardonner, rendez-vous au bas de ce billet...

Pour 0,75 litre de glace.

250 ml Lait entier BIO
200 g barres Kinder®
200 ml crème liquide entière
3 jaunes d’oeuf
30 g sucre poudre

Faire chauffer dans la casserole le lait avec les barres Kinder®.

Fouetter les jaunes d'oeufs avec le sucre.

Quand le lait chocolaté est devenu frémissant, incorporer la crème liquide puis verser dans la casserole les jaunes sucrés. Laisser épaissir sur feu doux en fouettant en continu. Lorsque la crème est épaissie et onctueuse, laisser refroidir puis placer durant quelques heures au réfrigérateur.

Mettre ensuite dans la sorbetière environ 50 minutes (oui c’est long), puis conserver au congélateur ou servir aussitôt.

Idée présentation : garnir des œufs surprise Kinder® avec cette glace, remettre l’emballage et les replacer au congélateur.

Verdict : j’ai bien retrouvé le goût du Kinder® mais la glace a eu du mal à prendre dans ma sorbetière.

A vos marques, prêt, mangez!

avant...



après...

lundi 10 octobre 2011

YAOURT vanillé délice de figues et gingembre


Ma cultissime-yaourtière-SEB {empruntée à mamy-chérie} tourne seulement pour de classiques yaourts-maison.

Mais voilà, je me retrouve avec 6 grosses belles figues sur les bras et pas l’envie du tout de faire une tarte ou un crumble aux figues.

C’était donc le moment d’innover en matière de naroutes {clin d’œil à mon petit dernier}.






Pour 8 naroutes yaourts

1 litre de lait BIO entier
1 sachet de ferments lactiques pour yaourts ALSA
¼ gousse vanille de Madagascar
1 cuillère à soupe rase de sucre en poudre 
Pour la compotée de figues : 6 figues, gingembre en poudre, miel et un peu de sucre roux.

Lavez les figues et coupez les en morceaux. Dans une casserole, mettez un peu d’eau et de sucre roux, les figues et une bonne cuillère de miel et saupoudrez de gingembre. Laisser compoter à feu doux en remuant de temps en temps. Laisser refroidir.

Faites chauffer le lait avec la vanille et la cuillère de sucre. Laisser infuser le mélange hors du feu.

Lorsque le lait est tiède, rajoutez le sachet de préparation ALSA. Mélanger vivement au fouet.

Versez au fond des pots la compotée de figues puis versez tout doucement par dessus le lait vanillé.

Mettez en yaourtière pour 8 heures. Laisser refroidir puis placer au frais plusieurs heures avant de déguster.

Bon on ne va pas se mentir, l’ingrédient gingembre tombé dans la compote n’était pas là par hasard …

jeudi 6 octobre 2011

TARTARE CABILLAUD mangue avocat # SHINY

Le thermomètre est monté jusqu’à 27,4°C dans mon jardin ce WE. Aujourd'hui je pense à rallumer ma chaudière et à m'enrouler dans un gros plaid irlandais.  

Alors pour jouer les prolongations d’une arrière-saison digne de la chanson de Joe Dassin {On ira où tu voudras… talala} dans votre assiette, voici un petit tartare exotique acidulé et japonisant.

Pour 2 personnes (entrée) 

1 dos de cabillaud (proportion 2/3)
1 avocat (proportion 1/3)
1 petite tranche de mangue
Marinade : 1 jus de citron vert, une noisette de wasabi, du gingembre frais et e l’huile d’olive
Sel et Poivre du moulin
 
A l'aide d'un couteau bien aiguisé, tailler le poisson en petits dés.
Préparer la marinade: mélanger le gingembre frais râpé, le jus de citron, l'huile d'olive, le wasabi,une pincée de sel et un tour de moulin à poivre.
Couper en petits cubes la mangue et l’avocat. Mélanger le tout avec la marinade et le poisson.
Conserver au réfrigérateur pendant deux heures en remuant de temps en temps pour que les saveurs se mélangent.
Servir très frais.


Reste maintenant à convaincre mes petits-bougres de remiser leurs tongs-usées-aux-orteils jusqu’en avril 2012 {déprimant}.