jeudi 22 décembre 2011

Merry Xmas # D.I.Y.

Deux branches récupérées lors d'une ballade en forêt,des suspensions nature et me voilà complètement "toquée"
de mon sapin de noël. 

Je vous souhaite à tous
un Nöel 2011 haut en couleurs et en saveurs.




 

lundi 19 décembre 2011

Cours de macarons # By Les Ateliers de Steph

Saviez-vous que le 20 mars c’est LA journée du macaron ?
Qu’il existe une appli macaron sur l’Ipad ?
Que le chignon-macaron-façon-Nathalie-Portman fut la it-coiffure des podiums ?
Que le blog de Mercotte, véritable desperate macaron’s girl, explose de visites ?

Une véritable traînée de … poudre d’amandes en somme.

La macaronite aigüe m'a aussi rattrapé.
Le défi de faire mes macarons me titillait la maryse.

Après avoir goûté les excellentes petites soucoupes volantes de Stéphanie, je décide de prendre un cours chez elle.

Hop là, vendredi soir 20 heures, rendez-vous chez Steph avec d’autres passionnées.

Je découvre qu’il faut :

1- du matériel {Petit papa nowel quand tu descendras du ciel avec un tamis, une douille dans mes petits mes souliers…}.

2- de la technique pour éviter les pâtés-collés-serrés, pour macaronner à la corne {oui on se la pète}.

3- attendre sagement 2 à 3 jours avant de déguster les coques {mission impossible, n'est-ce-pas Isa ?}.

4- rater dignement plusieurs cuissons avant de faire de parfaites coques lisses et craquelées tout autour.

5- connaître les astuces (blanc d’œuf vieilli, croûtage obligatoire…).


Merci à Stéphanie, une véritable macaron entrepreneuse, pour ses précieux conseils { elle déteste être prise en photo … donc c’est officiel elle n’est plus ma copine}.
Son lien : http://www.lesateliersdesteph.fr/

Voici les petites merveilles à l’aspect glacé que nous avons pu ramener fièrement à la maison. Il me tarde d’essayer.

vendredi 9 décembre 2011

Petits sablés de Noël

Qui aime patouiller la farine avec ses menottes ?
Qui aime se pourlicher les doigts à cause de la pâte collée ?
Qui ronchonne lorsque je sors ma touillette-racleuse-en-silicone ?

Ca y est, nous avons fait nos sablés de Nowel, un pur moment de partage et de nettoyage.

Mes deux loustics avaient des étoiles plein les yeux.



Pour 25 sablés

100 g de beurre demi-sel en petits morceaux
250 g de farine blanche
1 oeuf
125 g de sucre poudre
1 sachet de sucre vanillé

Glaçage royal : Sucre glace + blanc d'oeuf + colorant alimentaire poudre

Mélangez à la spatule le beurre  mou avec le sucre en poudre et le sucré vanillé. Ajoutez l’oeuf, la farine et mélanger avec les mains. Travaillez rapidement la pâte (mais pas trop pour qu'elle garde son côté sablé)et formez une boule.
Emballez-la dans un film alimentaire. Laissez reposer au frais  une 1/2 heure.

Préchauffez le four sur th. 6/180°.

Etalez la pâte avec un rouleau à pâtisserie (je conseille 5 mm d’épaisseur).
Découpez des formes avec les emporte-pièces (trempés dans la farine). Posez-les délicatement sur une plaque du four recouverte de papier sulfurisé.

Faire cuire environ 10 minutes. Surtout ne pas faire dorer les sablés, ils doivent avoir la même couleur que des shortbreads.
Laissez-les refroidir sur une grille. Avec un pinceau déposez le glaçage royal. Parsemez de décors en sucre.


N'ayant pas de sang de navet, je prévois une fabrication industrielle avec les 23 élèves d'une classe de CP la semaine prochaine.

Le 13/12/2011 #
Une belle journée avec des "C'est cro beau Madame !" et des "ça se mange les perles ?". Admirez leur travail.


Le 09/01/2012 #

Voici une autre version de pâte à sablés délicieuse. Merci Tiphaine.

200 gr de farine
85 gr de sucre glace
100 gr de beurre
1 jaune d'oeuf

Cuisson 150°-180°C max

lundi 5 décembre 2011

Soupe Laska à la citrouille # soupe épicée

Envie de voyager vers les splendeurs de l'Orient sans avoir à bouger ses fesses. C'est parfois possible.

Voici une soupe {spécialité de la cuisine peranakan*} succulente et revigorante.

 



































1/2 grosse citrouille (merci papy!)
Du bouillon de légumes
Crème de coco
1/2 citron vert
Sel / Poivre
Quelques gouttes de Tabasco
1 gousse d'ail et 1 oignon jaune émincé
1 morceaux de gingembre frais (1 cm)
1 pincée de mélange 4 épices + cumin

Couper en cubes de 5 cm de côté la chair de la citrouille.
Mettre un peu d'huile dans une poële et faire revenir l'oignon. Ajouter les morcaux de citrouille, l'ail, le gimgembre émincé, les épices. Recouvrir avec le bouillon et portez à ébullition. Laissez mijoter à couvert pendant 25 minutes. Lorsque les morceaux de citrouille se délitent un peu, arrêtez la cuisson. Mixez et rajoutez de la crème de coco. Assaisonnez (sel + poivre + tabasco). Servir et relevez avec le jus de citron vert.

Les Peranakan sont les descendants des premiers immigrants chinois installés dans les colonies britanniques, l’expression signifie « né ici » en malais. 

"Inspiration de la recette de Jamie Oliver version By Griottes"

vendredi 2 décembre 2011

FONDANT chocolat # Chocococooning

Noël approche à grand pas et mes lutins ont démarré le décompte hier matin.

Psst, comme toutes les mères parfaites, j’ai accroché un hideux calendrier de l’avent-ultra-marketé dans ma cuisine en plissant un oeil.

Personne n'a encore pensé à un calendrier de l’avent pour maman-foodistas ?
Je l'imagine gourmand et joli par dessus le marché, avec 24 petites douceurs : un macaron Ladurée à la rose, un calisson d’Aix, un nougat de Montélimar, de l’Angélique confit de Niort, une pâtisserie d'Alep à la pistache, un loukoums à la noix de coco, un baklavas au miel...

En attendant, je me venge sur un fondant chocolat accompagné d'un capuccino chaud devant la cheminée {Damn it ! ma bronchopathie s'inscruste}.

 


150 g de chocolat noir
150 g de beurre demi-sel
3 oeufs
110 g de sucre blanc en
1 sachet de sucre canne vanillé
Cacao en poudre 

Faire fondre au micro-ondes le beurre + chocolat. Verser le sucre blanc et le sucre vanillé, les oeufs un à un et enfin la maïzena.
Mélanger le tout doucement au fouet.Versez dans un moule garni de papier sulfurisé. Cuire 15 minutes à 180°C. Découper des cubes et saupoudrez-les de cacao.

jeudi 24 novembre 2011

COOKIE va se régaler ?

Etudiante, je me souviens avec un brin de nostalgie de la petite boutique à cookies Laura Todd {*} du quartier des Halles où il m'était impossible de résister à l'appel du cookie double-choc chaud et fondant.

Maintenant, la seule projection mentale de ce cookie collé directement sur mes hanches me fait frissonner jusqu'au bas du dos, à moins que...

JE CRAQUE ILLICO.  



Pour 25 cookies (inspiration Laura Todd) 
250 g de beurre salé mou  
1 oeuf

200 g de sucre blanc 
140 g de sucre roux
Pépites de chocolat noir et blanc "maison"

2 cuillères à soupe de praliné en poudre
300 g de farine blanche + 75 g de farine complète
1 sachet de sucre vanillé


Préchauffez votre four à 180°.
Mélangez le sucre et le beurre ramolli à la spatule.
Ajoutez l'oeuf et le sucre vanillé.
Versez ensuite les pépites de chocolat noir et le pralin en une seule fois.
Rajoutez la farine que vous incorporerez petit à petit à la spatule. Vous pouvez aussi ajouter une poignée de noix, de noisettes concassées, de raisins secs, de noix de coco râpée...
L'aspect de la pâte est assez granuleux mais c'est normal.
Former des boules à la main (4 cm de diamètre).
Les applatir légèrement et planter dedans des morceaux de chocolat blanc.
Déposez vos cookies sur une feuille de cuisson disposée sur la plaque du four. Placer la plaque 5 minutes au congélateur pour saisir la pâte.
Enfournez pendant 10 minutes à 180°C.
Il ne faut surtout pas les faire dorer (même sur les rebords) et les sortir du four même s'il ont un aspect-pas-cuits-du-tout.

{*} Laura Todd, ex-société américaine n'existe désormais que sous forme de franchises parisiennes spécialisées dans les cookies haut de gamme, pâtisserie bio, muffins et brownies.

lundi 21 novembre 2011

TATIN BOUDIN

Dimanche 10h45, une jolie laryngite avec une grosse fatigue...qui m'empêchent de chausser mes baskets pour aller courir malgré ce beau soleil [je peste].

J'ai peut-être trouvé un moyen de lutter contre cette grosse flemme asthénie dans mon frigo : le boudin noir.


Le boudin noir est l'aliment le plus riche en fer héménique [19 mg de fer pour 100 g de boudin]. Il est nettement mieux assimilé par l'organisme que le fer contenu dans les légumes secs ou dans les épinards.


1 rouleau de pâte feuilletée de qualité
8 pommes variété Reine des reinettes
300 g de boudin noir aux oignons artisanal
Sel et poivre du moulin





Faire suer les tranches de pommes dans une poële antiadhésive sans matière grasse 5 minutes.
Les étaler dans un moule à tarte. Retirer la peau du boudin et couper en tronçon de 1.5 cm.
Répartir le boudin dans les pommes. Saler et poivrer. Recouvrir le tout par la pâte et rentrer les bords vers l'intérieur.
Cuire à 180°C pendant 20 à 30 minutes.
Laisser refroidir 15 minutes avant de retourner dans le plat de service.
Servir avec une bonne salade au vinaigre aux pommes.

J'ai conseillé à ma petite famille d'exclure d'office tous les jeux de mots douteux contenant le mot "boudin" pendant le repas.

mardi 15 novembre 2011

CAKE marbré chocolat

Intituler son blog It-cake et ne même pas proposer une SEULE recette de cakeà ses lecteurs, c’est pas bien.

Coincée, je n’ai pas d’autre choix que de sortir ma recette démodée de cake marbré au chocolat.

{PAPI BROSSARD sort de ce corps tout de suite}.





3 oeufs = 160 g
160 g de sucre
160 g de farine
120 g de beurre pommade (ou 160 g pour plus de tenue... et de calories)
½ sachet de levure chimique
100 g de chocolat noir

Allumez le four sur 180°C (chaleur tournante).
Mélangez à la cuillère en bois le beurre pommade et le sucre (attention fouet prohibé).
Rajoutez les oeufs un à un. Versez la farine + levure (vous souffrez du poignet, c’est normal).
Fondre le chocolat au bain-marie. Mélanger deux grosses cuillères de pâte avec le chocolat fondu. Répartir dans le moule en alternant les couches des deux mélanges. Cuire 45 minutes.

Parcourez aussi  www.papillesetpupilles.fr/2005/08/marbr-italien.html/ pour dégoter un imprimé marbrure façon zèbre {très tendance cette saison}.


Résultat du crash test familial
{T’es cro forte on dirait comme un bonhomme avec une moustache}. Maman vous adore.
{Sympa ton savane !}. Glups, merci mon Homme-Chéri-Tronche-de-Cake.

lundi 14 novembre 2011

RILLETTES de SAUMON FUME # façon Saint-Malo

Pour un apéro EASY entre Keupines, rillettes onctueuses de saumon fumé, parfumées à la coriandre et au citron vert.






2 tranches de saumon fumé de Norvège
10 g de beurre salé fondu
Jus d'1/2 citron vert
1 pincée de poudre Retour des Indes Roellinger (facultatif)
1 échalotte émincée
100g de fromage à tartiner
Coriandre fraîche ciselée
Fleur de sel et poivre du moulin


On hâche le saumon finement puis on mélange avec le reste des ingrédients. Mettre au frais.

jeudi 10 novembre 2011

L’Idéal mâconnais # succès

Un délice de pâte meringuée aux amandes {proche du macaron) avec une crème au beurre pralinée de Mâcon.

On le nomme Saint-Anthelme à Chambéry, Dacquoise à  Dax ou Succès chez Lenôtre.
Enfant dans ma famille, on mangeait pour les grandes occasions la fameuse Noguette de Saint-Malo de la pâtisserie CHEFTEL qui a disparu depuis.
Il s’agissait d’un gâteau en forme de cloche très proche de l’Idéal mâconnais. Le Fournil de Rotheneuf, à côté de Saint-Malo, perpétue la recette désormais mais mes papilles ne l’ont pas encore testé.
Vous trouverez le vrai Idéal Maconnais bien sûr à Mâcon, chez Joël Noyerie, MOF glacier en 1986 en version mini ou grande.
Les parisiens pourront aussi défaillir devant cette pure merveille dans le restaurant de Gilles Breuil, 14 rue de Clichy 75009 (Tél : 01.48.74.51.27).

lundi 7 novembre 2011

MUFFINS au cœur caramel # Mortellous

Dimanche 11h45 et pas un seul rayon de soleil.

En toute logique, il me faut des muffins tièdes au caramel coulant.





Pour 7 gros muffins

95 g beurre doux
75 g sucre blanc
1 gros œuf
165 g farine
115 ml lait entier
½ cuillère à café de levure chimique
7 caramels mous au beurre salé
1/2 sachet sucre vanillé

Préchauffer le four à 180°C.
Travailler le beurre mou avec le sucre au fouet.
Incorporer l’œuf, la farine+levure et le lait.
Verser dans les caissettes à muffins dans un moule en silicone.
Insérer au centre de chaque muffin un demi caramel.
Couper les restes de caramel en tous petits cubes et les déposer sur le dessus.
Saupoudrez de sucre vanillé les muffins.
Faire cuire 25 minutes.

A vous de succomber.

vendredi 4 novembre 2011

CREME BRULEE à la vanille # Incontournable


Dans la vie, j’ai besoin d’indicateurs fiables.

Pour choisir un restaurant, chacun son truc. Certains se contenteront d'un classique audit complet des toilettes.
Je préfère le scrutage {pas appuyé du tout} des tables voisines pour savoir où je mets les pieds.

Je suis une contrariante perfectionniste du dessert maison.

La brique UHT spécial préparation express crème brûlée ou la mousse au chocolat à émulsionner en poudre, ça ne le fait pas.

Une crème brûlée ne comporte que 3 ingrédients (crème + oeuf + sucre), sa préparation nécessite 10 minutes et c’est un dessert prêt à l’avance. A bon entendeur…

Un peu d’histoire…

En 1691, après avoir visité Perpignan en compagnie de Vauban, François Massialot (Officier de bouche) nota une recette se rapprochant de la crème catalane. Pour réchauffer la crème froide servie à Philippe d'Orléans (le futur Régent), Massialot utilisa un fer chaud pour cramer la couverture de sucre... qui caramélisa.
Bon les Anglais, les Espagnols et les Français se disputent encore son invention, mais les premières références bibliographiques sont françaises {ahem}.

Pour 4 ramequins

3 jaunes d’œufs
50 g de sucre blanc
300 g de crème liquide entière
¼ de gousse de vanille de la Réunion
4 c. à soupe de sucre roux

Préchauffer le four sur 100°C (chaleur ventilée) avec un lèchefrite contenant de l’eau (bain-marie).
Fouettez les jaunes avec le sucre jusqu’à blanchiment.
Faites chauffer à feu moyen la crème avec les graines de la vanille et laissez infuser 10 minutes en dehors du feu.
Ajoutez dans le mélange oeufs-sucre la crème vanillée et mélangez.
Versez la préparation dans les ramequins et disposez les dans le bain-marie au four entre 45 à 60 minutes.
Lorsque la crème est prise, sortir du four les ramequins et laissez les refroidir.
Au moment de servir, saupoudrez de sucre roux et passez sous le chalumeau jusqu'à caramélisation ou quelques minutes sous le gril du four.

Il existe multitude de recettes de crème brûlée.
Celle-ci est inspirée du calepin griffonné de la cuisine de ma maman.

vendredi 21 octobre 2011

Hip pip pip hourra #

Mon petit blog a fêté pile-poil ses 3 mois d'existence cette semaine.

Il grandit doucement avec 23 recettes publiées {quand même, j'ai pas chaumé hein}.

Je fais ma fierrasse car il a passé le cap des 1000 visites grâce à vous.

Un grand merci pour vos encouragements, compliments, messages....


Et pour mes marmots, c’est quoi une maman blogueuse culinaire ?








Eh oui, une maman avec des talons hauts, un sac à main, un collier coloré et une robe-pantalon à fleurs.

...manquait plus qu'ils me crayonnent avec mon tablier fleurie Cath Kidston ou avec mon rouleau à pâtisserie dans la main.

PS : le truc rond avec une graine au niveau du ventre, ce n’est pas ce que vous imaginez, mais simplement un nombril.

jeudi 20 octobre 2011

GAUFRETTE MACONNAISE # Starlette

Elle a un goût inoubliable de caramel à la crème fraîche,
 
A en faire tomber ma coiffe bretonne et à mettre au placard mon suintant kouign amann (cette fois, c’est bon, mes frères bretons vont m’étripailler).

Je ne tiens plus, c’est décidé, je demande sur le champ ma naturalisation bourguignonne.

Vous l’aurez compris mon cœur bat comme une malade à la vue de cette grande gaufrette blonde fabriquée exclusivement à Mâcon.


Apparue au XVIe siècle, elle était servie dans les mariages ; sa qualité était censée révéler la fortune de la famille.

Après les années 60, elle est tombée en complète désuétude en raison de sa fragilité car cette belle mademoiselle ne supporte ni la lumière ni l’humidité, une vraie starlette.

Plus personne ne voulait en cuire (et je vous jure que je comprends pourquoi).

La Confrérie de la Gaufrette Mâconnaise a récemment vu le jour et relance aujourd’hui sa promotion (véridique).

Ma super géniale belle-maman m’a montré sa fabrication {pourtant classée secret familial et régional} ; avec un petit sourire au bord des lèvres, elle seule savait la besogne qui m’attendait.

En effet, j’avais une idée business-plan derrière la tête mais là voilà…

Après avoir travaillé comme une esclave pendant 3H15,
Sali tous les plans de travail des 20 m2 de la cuisine,
Cramer une bonne dizaine de pièces,
Et me retrouver au final avec 46 pièces ultra précieuses,

j’ai jeté écoeurée mon tablier en grommelant….14.6 pièces à l’heure, oui Mesdames. 

Je comprends aussi pourquoi elles sont vendues un bras en boulangerie.

Voici sa recette en exclusivité et quelques photos de sa fabrication confidentielle…
 
Pour 50 pièces

50 cl crème fraîche épaisse (qualité extra)
50 cl farine fluide antigrumeaux T45
40 cl sucre blanc en poudre
20 cl lait demi-écrémé
 

Mélanger ensemble les ingrédients secs (farine+sucre). Rajouter la crème épaisse et le lait. Utiliser le batteur électrique pour bien homogénéiser.

Laisser reposer la pâte quelques heures au réfrigérateur. Parfois il faut l’étendre avec un peu de lait pour obtenir la bonne consistance.

Protéger votre plan de travail avec du papier journal et préparer vos outils.

Allumer le gaufrier et huiler légèrement les plaques (j’ai utilisé un gaufrier TEFAL – 700 W) avec un peu d’huile d’olive.

Déposer la pâte à l’aide d’une cuillère à soupe et l’étaler rapidement avec un petit couteau.

Fermer l’appareil et renverser le gaufrier au bout de 10 secondes. Ouvrir le gaufrier pour surveiller la cuisson (la gaufrette doit être bien dorée). Décoller avec un grand couteau la gaufrette et la mettre sur le manche d’une spatule en bois et laisser refroidir. Sortir la gaufrette en la coulissant.

Nettoyer les chutes de pâte cramées et huiler de temps en temps les plaques.

Pour conserver ces gaufrettes 8 jours, utiliser une grande boîte en fer avec du papier sulfurisé.



Ah si, j’oubliais un détail, il faut un savoir-faire de malade.

KEEP ON and CARRY ON !

jeudi 13 octobre 2011

Charlotte aux framboises # Abracadabra

Une recette usée avec cette forme un-poil-classique.

Je ne voulais définitivement pas d’une sorte de charlotte girly avec les biscuits de rose de Reims et des rubans tralala.

Je LA voulais légère, peu sucrée et parfumée à l’eau de rose.

Cette charlotte est toute simple et c'est celle que j'aime {non je ne suis pas une psychorigide de la charlotte}.

  

Pour 1 petite charlotte

Moule ancien alu pour 4 à 6 personnes

150 g de framboises congelées (du jardin de mon papy)
250 g de fromage blanc 20%MG
60 g de crème liquide (très très froide)
1.5 feuille de gélatine ou de l’agar-agar
2 cuillères à soupe de sucre
25 biscuits boudoirs
Eau de rose


Faire ramollir la gélatine dans un bol de l'eau froide.

Dans une casserole, faire fondre les framboises avec les 2 cuillères de sucre. Penser à garder quelques framboises pour la décoration.

Mixer et passer au chinois puis incorporer la gélatine essorée et mélanger sur feu doux.

Mélanger ce coulis de framboises dans un bol avec le fromage blanc avec un fouet.

Monter la crème liquide en chantilly. Incorporer la délicatement au mélange.

Tremper les biscuits dans un mélange d’eau + un peu d’eau de rose. Tapisser le fond et les bords du moule. Verser le mélange au centre et intercaler des biscuits au centre et sur le dessus.

Bien tasser. Mettre au réfrigérateur 4 heures mini.

Démouler et décorer avec le reste de framboises.

On dit S-O-B-R-E.